Le programme (non officiel) du 1er Personal Democracy Forum France

Le lendemain du lancement de la plate-forme data.gouv.fr, se tenait le premier Personal Democracy Forum France. Organisé par le cluster Cap Digital et le think tank Club Jade, une trentaine d’intervenants se sont succédés pour aborder certains sujets tels que l’Open Data, la web politique, les révolutions et changements numériques.

Le recouvrement de leurs frontières, de par l’enrichissement que ces thématiques se confèrent entre elles, m’a donné l’idée de recréer le programme de cette journée ! Je vous propose donc un compte-rendu un peu spécial, vous présentant les acteurs, leurs présentations ou leurs sujets de discussion à travers mon interprétation du programme officiel. Ce programme a donc été repensé autour des sujets abordés : Open Data | web politique | révolution et changements.

 

Open Data au #PDFFrance

9h50 : la journée a débuté par une keynote de Kevin Hauswirth qui est le « Chicago’s Director of Social Media ». Il fit  forte impression et a démontré (s’il le fallait encore) l’avance des Etats-Unis dans le domaine de l’open data. Retrouvez son powerpoint et la plate-forme open data de Chicago pour vous en rendre compte.

11h10 : Table-ronde sur La révolution Open Data avec des membres de : la mission Etalab, l’association LiberTIC, la fondation IFRAP et la société Data Publica.

15h45 : Discussion sans désaccord entre Franck Riester (auteur du rapport éponyme) et Fleur Pellerin. Avec cette dernière, qui est responsable du domaine « Économie Numérique » dans la campagne de François Hollande, ils ont échangé autour de la question de l’open government.

19h10 : Clôture de la journée par Séverin Naudet (Directeur de la mission Etalab) avec un discours très politique et déjà disponible sur Dailymotion (dont il fut l’ancien vice-président). Il nous a indiqué que des fonctionnalités collaboratives intègreront la future et première version officielle de data.gouv.fr, même si pour lui ce site sera en version BETA de façon « perpétuelle ».
 

Web politique au #PDFFrance

11h55 : Table Ronde sur Datapolitics : les données en campagne où Nicolas Kayser Bril (Journalism++) nous a présenté la notion d’innumeracy à travers son powerpoint et Alexandre Léchenet (LeMonde.fr) celui de data-telling. Mais au-delà du traitement qui est fait des chiffres en politique, et de l’incapacité à raisonner avec, cette table ronde a mis en avant la jeune Caroline Goulard, co-fondatrice de Dataveyes : une start-up spécialisée dans la dataviz.

15h00 : Discussion entre Frédéric Neau (Responsable des activités internet d’EELV) et Emile Josselin (Coordinateur web du PS) sur les campagnes en ligne en 2012. Emile Josselin nous a d’ailleurs avoué que l’enjeu au PS en ce moment, consistait au traitement des adresses mails récupérées lors des primaires (#bigdata). En effet, il est nécessaire de localiser géographiquement les signataires de la « Charte des valeurs de la gauche » pour s’appuyer sur eux, connaître leur degré d’engagement, et créer la valeur ajoutée tant attendue.

17h20 : Keynote d’Anthea Watson sur The Voting Information Project qui vise à aider les citoyens dans l’exercice de leur droit de vote.

18h10 : Benoît Thieulin nous a présenté une keynote sur 2012, point d’orgue d’une décennie d’innovations web politique. Sa phrase choc « Nous ne sommes pas à l’abri d’un 21 avril numérique » mit en exergue les atouts et risques du web d’aujourd’hui en politique.

18h30 : Keynote de Nicolas Vanbremeersch (Dirigeant du cabinet Spintank) sur les 10 points à retenir pour la campagne 2012

18h50 : Keynote de Guilhem Fouetillou (Co-fondateur de linkfluence) qui a analysé la datavisualisation des blogs politiques de 2007 à 2011.

 

Révolution et changements au #PDFFrance

9h40 : la journée a débuté par une keynote de Francisco Polo sur le site change.org qui permet à tout un chacun de créer sa pétition et mobiliser du monde autour. Il annonça d’ailleurs qu’une version française – gérée par des français – allait sortir en 2012.

10h10 : Table Ronde sur Le web dans la révolution démocratique où se sont côtoyés les fondateurs du journal « Elus 2.0 » et de l’association Initiatives Gouvernance Ouverte, ainsi que Frédéric Neau (Responsable du domaine Libertés numériques dans la campagne d’Eva Joly pour 2012) et Christian Delom (Conseiller National du MoDem et co-fondateur de Primagora).

14h30 : Discussion de fond entre Christian Paul (PS) et Laure de La Raudière (UMP) sur la vision du Numérique en France après 2012. A la question : « Quelle serait votre première mesure numérique en 2012 si votre parti venait à gagner ? », la réponse fut la même : l’instauration d’une loi sur la neutralité du net.

16h15 : Discussion entre Mathieu Weill de l’AFNIC (l’association qui gère le registre des noms de domaine en .fr et .re) et Bernard Benhamou de la Délégation aux Usages de l’Internet sur la Gouvernance de l’internet après les révolutions arabes.

17h00 : Le gang MakeSense nous a présenté son principe de « hold-up » qui vise à trouver des idées créatives pour des entrepreneurs sociaux en un temps limité.

 

C’était donc le programme non officiel de cette journée. En réalité les trois notions ont été abordées conjointement dans chacune des interventions. Mais ça… cela fait partie du live-tweet réalisé via le hashtag #PDFFrance !

Photo de Scott Ableman (cc by-nc-nd). Article paru le 09/12/11 dans le blog des consultants Lecko.

Publié par

c_farrugia

Passionné par tout ce qu'Internet peut apporter aux institutions publiques et citoyens. Consultant secteur public chez @LeckoFR.

Laisser votre commentaire !