Arrêt de bus enneigé

Les médias sociaux, la neige, et les Conseils généraux.

Certaines collectivités locales françaises adoptent de plus en plus les codes des médias sociaux. Elles s’appuient ainsi sur l’instantanéité du média (Ex. : live-tweet d’un événement), la communauté d’acteurs (Ex. : concours photo sur Facebook pour promouvoir le territoire), la viralité (Ex. : partage des vidéos sur ces médias et non plus cachés dans une vidéothèque).

L’épisode neigeux qu’a connu une grande partie de la France en janvier est un bon révélateur de cette appropriation des usages offerts par les médias sociaux.

Le cas des Conseils généraux

Pourquoi étudier les Conseils généraux ? Car parmi leurs compétences figurent : le transport scolaire ; le transport départemental ; et la gestion des routes départementales. Lors d’épisodes neigeux, les impacts sur cette gestion routière nécessitent alors une rapidité d’intervention et une alerte continue des citoyens.

 

L’utilisation d’un mot-dièse propre au Conseil général

Alors que certains Conseils généraux utilisent des mots-dièse propres à une ville ou un territoire (Ex. : #mayenne ou #chasseneuil), d’autres ont pris le parti de créer un mot-dièse spécifique. C’est le cas de #route28 pour l’Eure-et-Loir et de #route41 pour le Loir-et-Cher.

L’avantage d’utiliser un mot-clé spécifique (au contraire de #meteo pour l’Essonne, cf. image ci-dessus) permet aux acteurs du territoire de regrouper leurs informations sur cette thématique. Pour le Conseil général du Loir-et-Cher, il s’agit en plus d’un bon moyen de promouvoir son site dédié aux transports, dont le nom de domaine est route41.fr.

 

L’apport d’informations supplémentaires

S’installer sur les médias sociaux nécessite de prendre part aux discussions suscitées. Cependant lors d’épisodes neigeux, il est fréquent que des questions hors des compétences du CG apparaissent. C’est le cas pour les interdictions de circulation des poids lourds, qui sont du ressort des préfectures.

prefecture_poids_lourds

Le community manager doit alors connaître cette réglementation (ou la rechercher) et en informer les citoyens. Dans notre cas présent c’est ce qu’a fait le gestionnaire de la page Facebook du Loir-et-Cher. En revanche, aucune information n’était disponible sur le site de la préfecture ce dimanche-là. Selon moi, il est du ressort du community manager d’alerter le webmestre du site de la préfecture sur cette question. Il s’agit là clairement d’un exemple du mille-feuille administratif, qui n’a pu être gommé dans une situation de risques routiers.

 

En conclusion

Les médias sociaux disposent de propriétés intéressantes pour communiquer. Ils nécessitent tout de même d’en connaître les codes, pour améliorer l’efficience de son message à court et moyen terme. Ainsi, dialoguer avec les adolescents sur leurs transports scolaires aujourd’hui, pourrait devenir demain une occasion de leur présenter les services qui leur sont destinés demain.

Pour aller plus loin : [1] « Il neige sur Facebook » – Billet d’André GUNTHERT (maître de conférences à l’École des Hautes Etudes en Sciences Sociales – EHESS) (lien). [2] Carte mondiale des tweets contenant le mot « neige » ou le mot-dièse « #neige » (lien).

Disclaimer : Le CG41 est un client de LECKO, mais sur un périmètre différent de la gestion des médias sociaux.

Image à la une de svetercze (cc by-nc-sa 2.0). Article paru le 25/01/13 dans le blog des consultants Lecko.

Publié par

c_farrugia

Passionné par tout ce qu'Internet peut apporter aux institutions publiques et citoyens. Consultant secteur public chez @LeckoFR.

2 réflexions au sujet de « Les médias sociaux, la neige, et les Conseils généraux. »

Laisser votre commentaire !